Livraison OFFERTE à travers toute l'Europe.

5% offerts sur votre première commande. Cliquez ici.

+ de 5000 avis vérifiés.

Comment est fait un gilet pare-balles ?

Couturière en action sur une housse de gilet pare-balles

Écrit par Michel. M - Mis à jour le 7 mars 2024

Vous souhaitez connaître la manière dont sont fabriqués les gilets pare-balles ? Vous ne savez pas avec quels matériaux est conçu un gilet balistique ? Ou vous voulez simplement avoir des informations quant à la composition d’un gilet de protection ?

L’objectif d’un gilet pare-balles est d’assurer votre protection en cas d’impacts balistiques. Il est donc primordial que celui-ci soit d’une résistance absolue. Et cette dite-résistance du gilet face aux balles des armes les plus puissantes résulte de sa conception. 

La housse d’un gilet de protection est élaborée à partir de matériaux tissés en une maille très serrée comme le Kevlar® ou le nylon balistique qui lui confèrent une forte robustesse face à la pénétration d’une balle. À l’intérieur de celle-ci se situe une plaque balistique en céramique, en acier ou en titane qui peut à elle seule bloquer les tirs d’un fusil d’assaut. 

Pour approfondir le sujet, nous verrons dans cet article : 

  • La définition initiale d’un gilet pare-balles
  • La conception d’un gilet balistique de A à Z
  • Les différents matériaux qui peuvent composer un gilet de protection

La fabrication d’un gilet pare-balles n’aura bientôt plus aucun secret à vous cacher. C’est parti !

Encart publicitaire 3

Fabrication d’un gilet pare-balles : tout ce qu’il faut savoir

Avant de s’intéresser directement à la réalisation d’un gilet pare-balles, il est nécessaire de revoir certaines bases et de connaître la définition pure et dure de ce à quoi correspond une protection pare-balles de nos jours.

Nous pourrons ensuite découvrir les procédés de fabrication d’un gilet balistique. Voyons ensemble tous ces éléments-clés !

La définition d’un gilet tactique pare-balles

Homme dans le désert avec un gilet pare-balles

Il est important de connaître sur le bout des doigts la définition exacte d’un gilet pare-balles avant de continuer pour pouvoir en comprendre chaque détail.

Contrairement à la croyance générale, un gilet pare-balles n’arrête pas directement une balle : il absorbe l’énergie cinétique de celle-ci et la répartie sur toute la surface du gilet. Pour cela, la balle doit traverser différentes couches qui jouent chacune un rôle dans la protection de l’individu qui porte le gilet balistique.

Et c’est là que la distinction se fait. Un gilet pare-balles n’est pas une protection unique, il se compose de deux éléments principaux qui ont chacun une tâche à accomplir : 

  • Une housse balistique
  • Une plaque pare-balles

La housse du gilet pare-balles est la première à être au contact de la balle lors de l’impact. C’est elle qui va, via ses couches successives, commencer à ralentir la balle.

Les plaques pare-balles, habituellement une plaque à l’avant du gilet et une plaque à l’arrière, vont faire office de rempart entre la balle et le corps de l’individu. Les plaques balistiques les plus résistantes se composent d’une première matière (céramique, acier ou titane), plus solide, qui va stopper la balle et répartir son énergie sur l’ensemble du gilet

La deuxième couche, composée de Kevlar®, de polyéthylène ou de nylon balistique, va absorber cette énergie, inverser la direction de l’onde de choc et donner lieu à un écrasement de la balle, permettant à la victime de ne pas subir de traumatismes trop important à l’impact de celle-ci. 

Auparavant, un gilet pare-balles n’était composé que d’une plaque d’acier qui, la plupart du temps, parvenait à stopper les projectiles, mais transmettait l’intégralité de l’énergie à l’individu qui le portait, pouvant alors lui casser des côtes ou endommager ses organes.

La victime ne serait pas morte, mais serait malgré tout bien mal en point.

Comment faire un gilet balistique ?

La fabrication d’un gilet pare-balles consiste en une action principale, suivie de multiples étapes parallèles (travail de design, de couture, d’ergonomie, etc…) qui font de ce type de produits le summum de la protection pour veiller à votre sécurité.

L’étape principale dont nous parlions se résume en la superposition de couches de fibres. Ces fibres peuvent être du Kevlar®, du polyéthylène à poids moléculaire ultra haut ou encore du nylon balistique. 

Cette étape est très importante puisque c’est la superposition de ces différentes couches qui rend un gilet résistant. Une couche unique de ce type de fibres sera inefficace face à l’impact d’une balle. Toutefois, la superposition de 20 à 50 couches de ces fibres créera un amas ultra-résistant qui permettra de disperser l’énergie cinétique de la balle et de l’écraser plutôt que de la bloquer avant que celle-ci n’atteigne le corps de la victime.

En plus de ces couches, un gilet pare-balles permet généralement d’insérer des plaques balistiques qui sont conçues sur le même principe que la housse. Néanmoins, une plaque balistique peut être élaborée avec une plaque d’acier, de céramique ou de titane. Placée en amont de la partie en fibres, cette plaque est capable d’arrêter totalement les balles des armes les plus meurtrières.

Suivant les matériaux utilisés et la manière dont un gilet est conçu, sa résistance peut varier selon des normes instaurées par le NIJ (National Institut of Justice). Et c’est justement de la composition des gilets pare-balles dont nous allons discuter dès maintenant.

Quels matériaux sont utilisés pour confectionner un gilet balistique ?

Femme en train de coudre

Nous y voyons désormais plus clair quant aux processus détaillés nécessaires à la fabrication des gilets pare-balles. Les techniques de conception balistique ont plus ou moins toujours été les mêmes, néanmoins, ce sont les matériaux utilisés qui ont changé au cours des décennies.

En effet, au fil des découvertes, certaines matières sont passées à la trappe et d’autres sont apparues sur le devant de la scène. Intéressons-nous alors aux matériaux actuels qui composent un gilet pare-balles moderne !

Composition d’un gilet pare-balles 

Comme nous l’avons vu précédemment, un gilet pare-balles se divise en deux parties. Nous allons maintenant vous expliquer quels matériaux sont utilisés pour chaque élément, et pourquoi. Allons-y.

1 - Une housse de gilet pare-balles

Le gilet en lui-même, s’il paraît être une simple housse pour les plaques balistiques, reste un atout indispensable pour votre protection. 

La superposition de ses couches peut être faite en aramides (Kevlar®, GoldFlex®, Twaron®, etc…), en polyéthylène (UHMW-PE) comme le Dyneema® ou le Spectra® ou encore en nylon balistique.

Tous ces matériaux ont des caractéristiques bien particulières : 

  • Ils sont très légers et malléables
  • Ce sont des technologies facilement manipulables
  • Lorsqu’ils sont tissés en maille et superposés, leurs fibres offrent une résistance hors normes, bien plus élevée qu’un simple tissu

2 - Des plaques balistiques

Encart publicitaire 2

Les gilets pare-balles ont, pour une grande majorité, des poches dédiées à accueillir des inserts, c’est-à-dire des plaques balistiques : une à l’avant, une à l’arrière et parfois une de chaque côté.

Il existe deux types de plaques pare-balles : 

  • Les plaques souples - uniquement réalisées en aramides ou en UHMW-PE
  • Les plaques rigides

Les plaques balistiques rigides sont communément conçues en deux morceaux. L’avant se caractérise par une plaque très robuste en céramique balistique (le plus commun), en acier ou en titane. Sa fonction est de stopper la traversée des projectiles.

La partie arrière est similaire à une plaque balistique souple. Elle est réalisée soit en aramides (Kevlar®, GoldFlex®, Twaron®), soit en polyéthylène (UHMW-PE comme le Dyneema® ou le Spectra®). Sa fonction est d’absorber le choc produit par la balle lors de l’impact pour éviter un traumatisme à la personne qui porte le gilet pare-balles.

Quelles sont les différentes matières utilisées dans un gilet d’armes ?

Ancienne usine de protection balistique

Il y a cinq catégories principales de matériaux qui sont utilisées dans la fabrication d’un gilet pare-balles. Les voici expliqués en détails.

Les para-aramides balistiques

Les para-aramides sont des matières dont vous pourriez avoir déjà entendu parler : 

  • Le Kevlar®
  • Le GoldFlex®
  • Le Twaron®

Cousu en mailles très serrées et en couches superposées, ce type de matériel couteux offre de splendides performances face aux armes modernes.

Le polyéthylène

De plus en plus utilisés, les polyéthylènes à poids moléculaire ultra-haut (UHMW-PE) comme le Dyneema® ou le Spectra® ont quasiment les mêmes caractéristiques que le Kevlar® ou le Twaron®

À la différence qu’ils sont plus flexibles, mais légèrement plus lourds que le Kevlar®

Le nylon balistique

Le nylon balistique a été développé par la même société qui a créé le Kevlar®. C’est donc une matière très résistante, néanmoins elle est plutôt utilisée pour la fabrication de la housse d’un gilet que pour les plaques pare-balles.

La céramique balistique

Offrant un niveau de résistance exceptionnel face à l’impact d’une balle, la céramique balistique est le composant principal d’une plaque pare-balles. 

C’est cette matière qui va permettre d’absorber l’énergie cinétique d’une balle et de la répandre sur l’ensemble du gilet plutôt que sur une unique zone pour éviter de trop graves traumatismes.

L’acier

Rarement utilisé de nos jours, l’acier était l’un des composants utilisés pour la conception des premiers gilets pare-balles

Malheureusement, son poids était trop élevé et cette technologie ne permettait pas de diffuser l’énergie cinétique due au choc de la balle, ce qui causait de graves traumatismes.

Pourquoi le kevlar dans les gilets de protection ?

Ce qui favorisait et favorise encore aujourd’hui l’utilisation du Kevlar® dans les gilets pare-balles était sa facilité à être manipulé dans le milieu du textile, sa légèreté, mais surtout sa résistance lorsqu’il était tissé en maille. Ces propriétés se retrouvent aujourd’hui dans de nouvelles découvertes et innovations comme le Twaron®, le Dyneema® ou le Spectra®.

Chez BodyProtek, nous avons fait le choix de favoriser l’utilisation de polyéthylène UHMW-PE (Dyneema®) qui, malgré son poids légèrement plus élevé, est plus résistant que le Kevlar®.

Et s’il était temps de penser à votre sécurité ?

Vous l’avez compris, la conception d’un gilet pare-balles découle de processus très précis. Heureusement d’ailleurs puisque l’efficacité de ce type de protection dépend de la qualité de ces procédés.

Avec toutes ces informations, vous êtes dorénavant expert(e) dans l’élaboration d’une protection balistique. Ce n’est pas pour autant que vous devriez tenter de fabriquer vous-même votre gilet pare-balles, c’est un domaine d’expertise qu’il est indispensable de laisser aux professionnels. Vous pourriez cependant vous en procurer un. Encore faut-il vous orienter vers le bon produit !

Et cette décision importante n’est pas à prendre à la légère : vous devez être sûr(e) à 100% de votre choix.

C’est la raison pour laquelle nous vous convions à faire un détour par nos multiples collections de gilets pare-balles. Vous pourrez, grâce à vos nouvelles connaissances, déterminer quel gilet de protection convient le mieux à vos propres besoins, ce qui facilitera grandement votre décision.

Découvrez-les dès à présent en cliquant sur l’image ci-dessous.

Encart publicitaire 1

Partager :

Écrire un commentaire

Vous aimerez aussi

Militaire avec un gilet pare-balles

Boutique BodyProtek

Nos clients à travers l'Europe sont unanimes : nos protections balistiques sont d'une efficacité redoutable. Explorez notre large gamme de produits pour garantir votre sécurité de manière optimale.